Light Feet Running - Courir Léger

17 décembre 2017 : Le 30 novembre 2017 s'est déroulée à Grenoble, devant 900 personnes, à l'initiative de la Clinique du Coureur (et en particulier de Florent Allier, Kinésithérapeute à Grenoble), la conférence-débat intitulée : "Faut-il apprendre à courir ?". En voici une courte synthèse du point de vue de Light Feet Running; les autres participants ont fait part de leur côté de leur réaction à ce débat. Après près de 3 heures d'échanges avec Cyrille Gindre (Volodalen), Frédéric Brigaud (EAD Concept), Blaise Dubois (La Clinique du Coureur) et S. Séhel (Courir Léger – Light Feet Running), la conclusion fut clairement en faveur d'un apprentissage de la foulée. Il est maintenant largement établi que la foulée instinctive n'est pas la meilleure foulée techniquement parlant : confier une paire de chaussures à amorti à un coureur et laisser le courir comme bon lui semble et il est tout à fait improbable que sa biomécanique ne puisse pas être améliorée : nous avons quantité d'exemples qui le démontrent : études scientifiques à la clé, il est établi, par exemple, que la cadence instinctive d'un coureur n'est pas sa cadence optimale en termes d'économie de course ; qu'utiliser ses bras en courant est plus économique (beaucoup de coureurs ne savent pas utiliser leurs bras), qu'une chaussure plus légère apporte un gain d'économie de course (ce qui défavorise donc les coureurs qui n'ayant pas la technique suffisante se sentent obligés de courir en chaussures plus « maximalistes »). En plus des études scientifiques, nous avons aussi beaucoup de données cliniques biomécaniques et anatomiques qui confirment les conséquences délétères de certaines manières de courir : on peut citer par exemple la magnitude de la vitesse verticale d'impact liée directement à l'angle de la pose de pied et la position du pied par rapport au bassin... Tous ces éléments (cadence, pose de pied, bras et d'autres) sont justement au cœur de Courir Léger – Light Feet Running'. Là où les avis ont partiellement divergé, c'est sur l'approche à suivre pour cette apprentissage : EAD Concept privilégie avant tout la pose avant-pied, VOLODALEN conseille de tenir compte des préférences naturelles des coureurs pour les consignes à donner, les chaussures à conseiller et les entraînements à induire. La Clinique du Coureur préconise un apprentissage réduit basée sur la cadence et l'usage d'une chaussure à indice minimaliste élevée (mais en ajoutant que si vous êtes un coureur sans blessures, il n'est pas nécessaire de changer votre technique ou vos chaussures). Courir Léger – Light Feet Running préconise une foulée plus légère utilisant intelligemment le corps et ses mécanismes anatomiques les plus spécifiques et originaux propres à la course à pied, en aidant le coureur grâce à ses sensations à adopter le geste de la course à pied qui lui convient. Le résultat de la méthode est confirmée par les retours des pratiquants de cette méthode : plus de 95% disent avoir bénéficié de cet apprentissage et 90% disent ne pas vouloir revenir à leur ancienne technique. La où il y a eu de réelles divergences de vue, c'est sur le conseil pour tous les coureurs d'adopter une foulée avant-pied. L'argument opposé par Cyrille Gindre est basé sur la notion de préférences motrices avec l'utilisation de curseurs pour jauger les préférences naturelles des coureurs : « terrien » et « aérien ». Pour Blaise Dubois, vouloir classer les coureurs est forcément arbitraire et simplificateur, la nature étant beaucoup plus diverse et complexe. Frédéric Brigaud était aussi de cet avis. La notion de curseur est intéressante, de mon point de vue également, car elle intègre forcément les capacités d'adaptation du corps humain mais surtout le fait que les coureurs sont tous différents et que s'il s'agit de curseurs et non de constantes absolues. Dans le cadre des ateliers Light Feet Running, nous avons eu des coureurs avec des typologies motrices très différentes : cela ne les a pas empêché d'intégrer une grande partie des conseils donnés avec un résultat différent et propre à chacun. L'important est d'apporter des connaissances aux coureurs afin qu'ils disposent de toutes les clés nécessaires pour améliorer sa foulée et aussi mieux comprendre le fonctionnement de son corps. Libre à lui ensuite d'en utiliser certaines plus que d'autres au vu de ces caractéristiques propres, de ses objectifs, de sa pratique... Ma conclusion; apprenez pour mieux courir... léger !   -   10 décembre 2017 : Samedi 16 décembre à Paris se tiendra le dernier atelier LFR 1.0 (initiation) de l'année et il reste quelques places pour ceux qui veulent commencer 2018 du bon pied ! inscriptions sur http://www.lightfeetrunning.com/conferences-ateliers/ http://www.lightfeetrunning.com/conferences-ateliers/    
» Articles techniques » LFR » Triathlètes : optimisez votre foulée en passant médio-pied

L’observateur suffisamment attentif du triathlon longue distance (Ironman et autres…) a dû se rendre compte, au fil des années, que les triathlètes élites sont de plus en plus nombreux à parfaire leur technique en course à pied et en particulier à adopter une foulée non plus de talonneur, mais plutôt une foulée médio-pied (ou à dominante médio-pied): est-ce un effet de mode ou bien cela correspond-t-il à une réelle optimisation de la foulée bénéfique sur triathlon ?

C’est la question à laquelle cet article va tenter de répondre.

1. Que faut-il entendre par foulée médio-pied ou à dominante médio-pied ?

Tout d’abord, il faut oublier certains clichés qui confondent foulée médio-pied et minimalisme, voire course pieds nus (barefoot). C’est confondre la technique de la foulée et la manière de pratiquer la course à pied. Jusqu’à aujourd’hui, on n’a pas encore vu beaucoup de coureurs minimalistes en triathlon (mis à part le coup de poker de David Hauss pieds nus pour emporter brillamment le championnat d’Europe de triathlon courte distance).

La foulée médio-pied ou à dominante médio-pied correspond avant tout à un geste technique qui consiste, non pas à jeter son pied vers l’avant mais beaucoup plus à projeter son pied vers l’arrière.

Dans ce geste, le coureur va vouloir ramener son pied devant lui en pliant son genou aérien de manière continue (contraction des ischios-jambiers) jusqu’à ce que son pied aérien croise sa jambe d’appui. L’opposé de ce geste est la foulée du talonneur qui, lui, déplie son genou aérien tout au long du retour de son pied vers l’avant (contraction des quadriceps).

L’important est de saisir que c’est ce geste qui est le facteur déterminant de cette foulée, beaucoup plus que la partie précise du pied qui touche le sol en premier. D’ailleurs, suivant le type de chaussure portée et plus spécifiquement le drop de la chaussure, il se peut tout à fait qu’avec un tel geste de flexion continue du genou aérien, le coureur vienne tout de même poser son talon en premier. Cela n’a pas une importance fondamentale dans la mesure où la pose de pied remplit d’autres critères que je vais expliquer.

2. les enjeux biomécaniques de la foulée pour le triathlète

Par rapport au pur coureur à pied, le triathlète doit faire face à une difficulté particulière liée à la fatigue engendrée par le vélo, en particulier sur ses membres inférieurs.

Le vélo sollicite en effet énormément les muscles quadriceps, qui fournissent la plus grande partie de la puissance à vélo.

Malheureusement, les quadriceps sont aussi des muscles très sollicités par la course à pied car ils jouent un rôle fondamental dans la phase d’amortissement et de soutien (comme l’illustration ci-dessous le montre succinctement:

2016-11-29_18h07_03

En rouge, les muscles de la jambe sollicités durant un cycle de foulée.

Ce niveau de sollicitation va augmenter plus le coureur posera son pied devant son bassin : en effet, durant la phase d’amortissement, tant que le pied n’est pas passé sous le bassin, le quadriceps doit fournir un effort important.

Du côté de la jambe aérienne, le quadriceps va plus travailler si durant la phase de propulsion le coureur produit un geste de lancer du pied vers l’avant (typique d’une foulée de talonneur) en dépliant son genou vers l’avant rapidement après le contact au sol.

On voit dès lors que le coureur talonneur aura tendance à créer un cercle biomécanique vicieux aboutissant à une sollicitation accrue des quadriceps tant de la jambe d’appui que de la jambe aérienne et même plus globalement de la jambe de son entier.

3. L’avantage biomécanique de la foulée médio-pied pour le triathlète:

En modifiant sa technique de foulée, le triathlète va pouvoir mieux répartir l’effort sur l’ensemble de sa jambe et même dans une large mesure réduire l’effort fournie par ses jambes en mobilisant le haut de son corps et en réduisant le force de freinage.

fondamentaux-lfr

Les composants dynamiques de la foulée LFR

Plusieurs mécanismes et séries d’actions-réactions vont se mettre en place, de manière vertueuse, pour le triathlète coureur médio-pied : par exemple:

– une pose de pied le plus à plat possible réduit les forces de freinage ;
– une pose de pied proche du bassin facilite la remontée du pied en tirant partie de la force de renvoi au sol ;
– une phase d’amortissement avec la jambe fléchie et le pied près du bassin répartit mieux l’effort sur les différentes parties de la jambe ;
– une flexion du genou vers l’avant augmente le travail des ischio-jambiers tout en reposant le quadriceps ;
– une cadence soutenue réduit l’oscillation verticale (et par conséquent le travail des quadriceps et de la jambe lors de l’amortissement) ;
– un mouvement de lancée de la jambe vers l’arrière permet d’utiliser les fessiers, les abdominaux, le tronc et les bras en contre-partie de moins d’efforts demandés aux jambes ;
– une pose médio-pied réduit la vitesse verticale d’impact, ce qui engendre moins de fatigue liée aux impacts.

Une fois cette technique maîtrisée, les gains peuvent être substantiels, voire très substantiels. Lors du dernier atelier organisé par le LFR, un triathlète expliquait avoir gagné 14′ sur son dernier triathlon courte distance. A cela, il faut ajouter que tous les conseils de mise en place de cette foulée relève aussi de bonnes pratiques en course à pied et ont pour conséquence, normalement, de réduire les traumatismes générés par la course à pied : des éléments tels que la cadence, une pose de pied horizontale avec le sol, près du bassin, une meilleure posture constituent autant de bonnes pratiques biomécaniques dont les coureurs tireront partie à court et évidemment à long terme.

Pour les triathlètes qui souhaitent commencer ou parfaire leur transition vers une foulée médio-pied, vous trouverez tous les conseils pour la réussir dans le livre « Courir Léger – Light Feet Running » (disponible sur les sites de vente en ligne et dans les grandes librairies (ou sur commande auprès de votre libraire).

Happy LFR !