Light Feet Running - Courir Léger

» LFR » Articles techniques » VRAI OU FAUX : La cadence instinctive est toujours optimale ?
Est-ce que la cadence instinctive est la cadence idéale en course à pied ?

On entend parfois que les coureurs adopteraient forcément instinctivement la cadence de foulée idéale. On peut considérer que c’est une fake news car il serait très présomptueux d’affirmer une telle vérité scientifique sur la base des études existantes.

En effet, il existe des études qui montrent que demander à un coureur de changer sa cadence instinctive peut avoir pour effet immédiat de réduire son économie de course. Mais un nombre d’études scientifiques ont montré que l’augmentation de cadence peut être bénéfique à la fois pour la performance et la réduction des traumas dus à la course (baisse de la force d’impact, de la charge sur le pied, la cheville, la hanche et le genou)..

Les études qui vont dans le sens d’un maintien de la cadence instinctive suivent le plus souvent un protocole où les coureurs n’ont pas le temps de s’habituer à leur nouvelle cadence. Or, l’empirisme montre que, globalement, un coureur devient économique à force de répéter toujours le même mouvement. Pour apprécier les effets d’un changement de cadence, il faut donc laisser au coureur le temps de s’y habituer, ce qui peut prendre plusieurs semaines, voire mois.

Sur le terrain, notre pratique nous a montré que, pour la plupart des coureurs, atteindre une cadence de 170 pas par minute se traduisait par une augmentation du plaisir de courir, en grande partie du fait de l’effet de rebond et de légèreté que cela procure, que les coureurs soient médio-pied ou talonneurs. Maintenant, cela ne convient pas forcément à tout le monde. A chaque coureur de se faire sa propre vérité en l’absence de preuve scientifique absolue dans le domaine.

Vous retrouverez sur ce site et dans le livre « Courir Léger » des conseils pour justement travailler sa cadence.

Exemples d’études en faveur d’un changement de cadence : Step Frequency Training Improves Running Economy in Well-Trained Female Runners. (Quinn TJ1, Dempsey SL1, LaRoche DP1, Mackenzie AM2, Cook SB1.) et Step length and grade effects on energy absorption and impact attenuation in running (Michael Baggaley, Gianluca Vernillo, Aaron Martinez, Nicolas Horvais, Marlene Giandolini, Guillaume Y. Millet)

Exemples d’études allant dans le sens de la cadence instinctive : IS STEP RATE ASSOCIATED WITH RUNNING INJURY INCIDENCE? AN OBSERVATIONAL STUDY WITH 9- MONTH FOLLOW UP. Szymanek EB1, Miller EM2, Weart AN2, Morris JB3, Goss DL4. Small Step Frequency Changes Due to Footwear Condition Have No Effect on Running Economy. Warne J1,2, Moran KA3, Warrington GD4.